dimanche 1 avril 2007

Mémoire oubliée des Roure : parfums

© Auteur du blog "... histoire des Roure" et famille Roure

Je n'ai pas connu l'ambiance de l'usine de parfum. La famille avait quitté cette industrie quand mon arrière grand-père avait autour de 40 ans. Ancien HEC, aux méthodes de management peut-être iconoclastes, il décida de quitter le trio familial qui avait repris l'usine à la mort de Louis Maximin Roure. Portant le même nom que celui de la société, une clause de non-concurrence signée avec son frère et sa soeur l'empêchait d'exercer ce métier près de 30 ans.

Aussi nous n'avons pas baigné dans cet univers. Je crois même que ce monde secret, convoité, disputé de la parfumerie, invita la famille à prendre un peu le large. Nous n'en parlions plus. Petit-fils j'ignorais même jusqu'à l'existence de cette aventure des anciens sur deux siècles.

Une allusion de ma grand-mère quand j'avais 13 ans, alors que je m'enthousiasmais pour une de cologne de lavande au parfum infiniment subtile, comparable aux créations inoubliables de la parfumerie Profumo Farmaceutica SM Novella de Florence fondé en 1612, me laissa comme un sentiment d'interdit. "Nous devrions en faire un parfumeur". Le silence entoura cette évocation.

Il ne me semble pas me souvenir d'autres commentaires sur ce passé des parfumeurs. Mon arrière grand-père avait bien cherché à la fin de sa vie, à reprendre une autre usine de Grasse. Celle des Bruno Court. Pour relancer la dynamique de la famille dans ce métier et laisser quelque chose peut-être à ses petits-enfants. Les 30 ans étaient passés. Il disposait du droit de revenir dans cet univers. Mais ce fut loin d'être un succès.

A 17 ans, ma grand-mère nous quitta. Et avec elle la dernière descendante des Roure parfumeurs. Le nom perdurait encore dans la société éponyme avant de s'effacer dans la compagnie Givaudan. Cettte année là, je découvrais différentes facettes oubliées de la famille. Les archives tout d'abord. Tous ces papiers conservés sur 5 à 6 générations. Des malles aux souvenirs. Un passé qui fait face. Le monde des parfums et sa cohorte de secrets bien gardés.

Quelques photos mais peu d'objets de la Parfumerie Roure étaient arrivés jusqu'à nous.
Aussi je m'enthousiasmais sur eBay en découvrant aux hasards des recherches quelques bouteilles d'absolu ou des compositions d'essences oubliées. Les codes un peu cabalistiques cachent peut-être un grand parfum préparé pour une maison de Paris, et flottent ainsi quelques mystères. Il ne pouvait s'agir pour moi d'un ersatz de la "madeleine de Proust". Mais j'avais le sentiment de renouer ainsi par le chemin du sens olfactif avec notre histoire commune, familiale et oubliée.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello, I,d like to buy some perfumes , how is the way please . Best Regards violet

Bertrand a dit…

Hello Violet,

Thanks for your mail. But unfortunately, the perfumes there are not for sale.

What are you looking for ?
Maybe I can give you some advice.

Best regards,
Bertrand

Anonyme a dit…

Hello Bertrand , Thanks for your mailing , and for your helping . Let me tell you the truth , approximately before 25 years ago , I bought a small bottle of anice perfume , and there was alabel on it , It was written ( roure . bertrand . dupont grasse violette 174 ), And from that date untill now , The bottle still with me , with afew perfume . This is not aproblem , The problem is , I never smell in my life , like this perfume , And really i cant say more than that . Best regards , violet